Les statistiques nationales montrent que les activités « Hôtel avec restaurant » et « Restauration et cafés-restaurants » se situent au-dessus de la moyenne nationale de l’ensemble des activités. Pour accompagner les entreprises de ces secteurs, notamment les TPE, dans leur démarche de prévention, l’INRS a élaboré des outils, des brochures et des fiches de bonnes pratiques en santé et sécurité au travail.

test

Intégrer la prévention des risques professionnels dans la restauration traditionnelle

Pour pallier les risques auxquels sont confrontés les salariés de ces entreprises (chutes dans les escaliers, en cuisine, en salle, coupures avec des couteaux, TMS, stress du « coup de feu »), l’INRS et les organismes en prévention des risques professionnels dont la Cramif accompagnent les employeurs dans l’évaluation des risques et dans la recherche de mesures adaptées pour faire baisser la sinistralité.

Les employeurs du secteur restauration traditionnelle peuvent s’appuyer sur :

  • le logiciel interactif OIRA Restauration qui permet aux employeurs de réaliser leur document unique,
  • la brochure « La restauration traditionnelle » qui contient des fiches de bonnes pratiques destinées à aider les restaurateurs dans l’évaluation et la prévention des risques professionnels (réception matières premières, stockage…),
  • un dépliant de sensibilisation qui présente les principaux risques rencontrés dans les restaurants ainsi que les 8 solutions de prévention incontournables pour prévenir ces risques.

Le recrutement dans ce secteur d’activité, notamment auprès des jeunes, est peu attractif, l’amélioration des conditions de travail et la prévention des accidents et des maladies professionnelles sont des enjeux majeurs aux quotidiens.
 

Pour vous guider
  • consultez le site de l’INRS
  • contactez Christophe Ballue, contrôleur de sécurité à la Cramif  : tél. 01 40 05 50 34

    Focus sur le poids social et économique des risques professionnels dans la restauration traditionnelle

    Données nationales 2013, 1 680 000 journées de travail perdues en raison d’accidents du travail, d’accidents sur le trajet domicile-travail ou de maladies professionnelles ont été indemnisées, soit :

    • 4 600 emplois à temps plein sur l’année
    • en moyenne : 52 jours d’arrêt par accident du travail, 76 jours d’arrêt par accident de trajet, 205 jours d’arrêt par maladie professionnelle
    • 2/3 des accidents du travail ont lieu le midi
    • 2/3 des victimes d’accidents du travail ont moins d’un an d’ancienneté.
       

    Pour aller plus loin